BOMBARDEMENT - s/t LP


En ce sombre samedi soir de début de blog, le sale temps affectant mon humeur, il nous faut un disque pour combattre la morosité ambiante. Dans ces cas là, on peut écouter un d-beat crade et efficace. Ça tombe bien, il y a peu de temps je suis tombé sur le LP d'un groupe que je connaissais pas qui nous vient de Bordeaux, c'est Bombardement. Ca fait un certain temps que je ne m'étais pas tenu à jour dans les sorties Punk-Hardcore français, en dehors de ce que je voyais tourner sur internet. Et je pensais bêtement que le D-beat n'était plus d'actualité, qu'Anti-Cimex était bien loin de nous. Ca fait classe de parler comme un vieux con sur internet, mais en vrai j'étais pas né quand Discharge s'est monté alors je vais me contenter de parler de ce disque et non de l'héritage du mouvement D-beat scandinave des années 90.

Je vais pas mentir mais là, c'est la qualité de l'artwork du LP qui m'a poussé à écouter ce groupe. Ça, et le fait que les membres jouaient dans des groupes de qualité du style Monarch et Gasmask Terror. Bombardement porte extrêmement bien son nom, voire trop bien. C'est lourd, urgent et explosif ; comme des échos qui ne veulent pas sortir de ton crâne que tu parviens enfin à gueuler. Je m'imagine dans Mad Max (le plus crust des crust) dès le départ grâce à "Wheel Of Destruction" et son "Roads paved with corpses, destination hell". Ca met direct dans une bonne ambiance cliché, oh yeah. S'en suit dans le disque des paroles qui critiquent nos sociétés et ça résonne bien avec mes pensées pas très positives du moment, la vie c'est de la survie, la vie c'est la guerre. On pourrait dire que ça nous enfonce, mais au contraire, je pense que ça nous donne les armes pour se battre. Mention spéciale pour "warrior of the nights", qui me donnerait presque envie de me faire pousser les cheveux et d'enfiler un perfecto avec son petit solo de guitare trash attack, et qui permet de faire une pause dans l'ambiance lourde du disque. Cette chanson c'était aussi un hymne féministe "They reach for their goal, they run for their lives, women, women warriors of the night". Ca fait du bien des paroles comme ça dans ce genre où les femmes sont très peu représentées. C'est drôle parce qu'à part ça, on reprend tous les codes du d-beat mais avec un son clean pour plus d'efficacité et une voix déchirante parfaite. J'étais déjà amoureux de la voix de la chanteuse dans un précédent groupe, Rainbow Of Death, je suis donc comblé de retrouver ça, même si les deux groupes n'ont rien à voir.

Ce LP est sorti en co-production sur deux labels assez actifs ces derniers temps, et dont je ne vais pas arrêter de parler, Symphony Of Destruction et Destructure. Oui, même les noms des labels sont raccords. Bombardement n'est pas à son coup d'essai puisqu'ils ont sorti une démo cassette en 2016, et évidement je suis passé à côté à sa sortie. Les 8 titres sont tout aussi puissants dans ta face mais pour des amateurs de sons plus bruts, avec en petit bonus, une reprise de Meanwhile. J'ai pas vu trop d'infos tourner à propos d'eux, à part le fait que je les ai loupés à l'Antinational Fest il y a quelques temps, mais j'espère avoir l'occasion de les voir un jour parce qu'un groupe comme ça, c'est la claque assurée.

Pour conclure, si toi aussi tu passes une soirée morne, je te conseille d'écouter ce disque et de te le procurer dans ta distro préférée. Parce qu'en plus d'être un bel objet, ça risque de devenir un must have du D-beat, comme disent les gens en marche.

Ça s'écoute et ça se procure ici : https://bombardement.bandcamp.com/

Billy.


Commentaires

Articles les plus consultés